Sculpture
Dessin
Contact
 Tribal Scars
https://fr.pinterest.com/ThomWaro/thomas-waroquier-artiste/
Cette série de sculptures intitulée Tribal Scars est une série de masques inspirée de différentes tribus africaines ayant recours à la scarification faciale comme affirmation de leur identité. Qu’elles soient décoratives, initiatiques ou rituels les scarifications sont toujours les traces de civilisations et de cultures séculaires. Elles sont comme les stigmates de l’histoire des peuples, la mémoire de leurs traditions.
 Remodelant le corps, hissant la peau au rang de matériel sculptural, les scarifications orientent le regard. Selon qu’elles soient d’agriculteurs ou de cultivateurs , de guerriers ou d’architectes les ethnies s’approprient l’art de la scarification pour appuyer leurs rites et leurs croyances. Ici se dessinent des traits courts et fins, plus ou moins denses plus ou moins isolés, points ou lignes, balafres expressives ou sillons subtils ces tatouages en reliefs sont chargés de sens et de spiritualité. Même si elle a pu durer moins de trois générations dans certains pays africains, la colonisation a été un traumatisme qu’il ne faut pas sous-estimer. Elle fut une humiliation et une négation des civilisations africaines, civilisations anciennes et brillantes aujourd’hui redécouvertes.
 Sous le coup de la modernité et de la religion, la scarification ethnique disparaît à un rythme accéléré. Il s’agit donc de conserver le souvenir de cette pratique culturelle ancestrale qui constitue un pan important du patrimoine immatériel de l’humanité et de transformer notre regard occidental sur cette chirurgie tribale bien plus complexe et raffinée qu’on a pu le croire. Ces masques sont réalisés en tôles de cuivre misent en forment à froid à l’aide des outils et des techniques de la dinanderie-orfèvrerie. Afin d’imprimer les motifs dans le métal, les tôles sont plongées dans du ciment de ciselure. Travaillé de l’intérieur vers l’extérieur le cuivre réagit à la manière de la peau, il se déforme et laisse l’empreinte du passage de l’outil. Ces tôles une fois scarifiées sont ensuite soudées les unes aux autres pour faire apparaître, telles les pièces d’un même puzzle, un visage d’homme ou de femme.
 Chaque masque nécessite entre 250 heures et 400 heures de travail selon la complexité du visage et le type de scarifications. Afin de rendre ces œuvres moins fragiles et plus abordables je réalise ensuite des moulages élastomère et utilise, avec la collaboration de la Fonderie Chapon, la technique de la fonte à la cire perdue pour créer des sculptures de bronze à partir de ces modèles en tôles.
Mursi Oeuvre récompensée de la deuxieme place nationale du Prix Avenir Métiers d'art 2018, INMA Exposition au centre culturel ARCADE du Chateau de Sainte Clombe en Auxois Janvier - Mars 2018 Exposition a la Bibliotheque Forney 1 rue Figier 75004, Paris Octobre 2017 Exposition au musée de la Chasse et de la Nature - mai 2018 Exposition Mu Gallery - aout/septembre 2018 Exposition Carrousel du Louvre - décembre 2018 Bronze 5/8 - Fonderie Chapon - 50x45x25cm
Surma Exposition au centre culturel ARCADE du Chateau de Sainte Clombe en Auxois Février 2018- Mars 2018 Exposition au musée de la Chasse et de la Nature - mai 2018 Exposition Mu Gallery - aout/septembre 2018 Exposition Carrousel du Louvre - décembre 2018 Originale en cuivre martelé soudé - Bronze sur demande - 25x35x85cm
Otammari 3D Exposition "Mascarade" Mu Gallery - Mai 2020 Bronze 2/8 - 25x35x85cm
Afizere Exposition "Mascarade" Mu Gallery 53 rue Blanche 75009 - Mai 2020 Exposition M'Afrika - Galerie ARTCADES Suresnes - Novembre 2019 Bronze 1/8 - 25x35x85cm
Otammari Exposition "Mascarade" Mu Gallery 53 rue Blanche 75009 - Mai 2020 Bronze 1/8 - 25x35x85cm
Wodaabe Exposition "Mascarade" Mu Gallery 53 rue Blanche 75009 - Mai 2020 Bronze 1/8 - 25x35x85cm